L’exercice sur le web : Accessible, mais risqué?

altere

Les programmes d’exercice promus sur internet remplacent souvent la consultation d’un professionnel en activité physique. Mais lorsqu’il est question de santé, la qualité doit primer sur l’accessibilité.

Un miroir qui parle

En activité physique, un encadrement réel et professionnel en kinésiologie peut faire toute la différence dans la portée des résultats comparativement aux approches virtuelles. D’abord dans l’exécution de gestes techniques, le kinésiologue offre le net avantage de pouvoir corriger vos mouvements en temps réel de façon sécuritaire et adaptée. Il est facile et sans grand danger d’ajouter progressivement de nouveaux ingrédients à une recette dont vous maîtrisez déjà l’issue. Mais il en va autrement des exercices s’imbriquant dans une routine, puisque la science de la prescription active est plus complexe que l’accord des saveurs et qu’elle requiert une véritable maîtrise de l’art.

Les routines proposées sur Internet peuvent vous inspirer en vous proposant des défis variés. Mais il n’est pas dit que le mouvement que vous aurez pigé dans la dernière vidéo de l’heure servira nécessairement les objectifs qui vous sont propres, même si elle met en vedette un physique visiblement bien modelé. Il est encore moins certain que la répétition de ces exercices s’effectuera sans risque de blessure ou d’aggravation d’un déséquilibre déjà présent dans votre posture. Seul le professionnel de l’activité physique, tel un médecin qui prescrit en fonction du diagnostique, sait faire une lecture précise de votre corps et doser judicieusement vos actions vers l’atteinte de vos objectifs.

L’humain derrière le geste

Au-delà de la technique, l’exercice met aussi en scène une expérience subjective qui est propre à chaque individu. Ainsi, le virtuel ne pourra jamais remplacer la chaleureuse interaction humaine et le support motivationnel qu’elle offre, tant par le biais d’encouragements constructifs que de conseils spécifiques. Et l’expérience vous le confirmera, tout bon kinésiologue verra au développement de votre autonomie dans le but de pérenniser votre initiative active parallèlement à vos progrès physiques. Tout comme le parent qui outille son enfant, le vrai professionnel habillera furtivement vos réussites d’un sentiment de compétence accrue, un atout qui fera la différence dans le maintien à long terme. Peut-on en dire autant des entraîneurs virtuels qui, isolés dans leur propre univers, risquent de faire écran à votre potentiel de prise en charge?

Naviguer d’un regard averti

Les technologies de diffusion de l’information ne sont pas à bannir dans le partage des connaissances en activité physique, bien au contraire. Il s’agit simplement ici de porter un regard critique sur le bien-fondé des méthodes promues par la toile et de valider la crédibilité professionnelle et scientifique des conseils prodigués. Assurez-vous que la kinésiologie, seule discipline spécialisée en activité physique, soit derrière ces suggestions et que l’information soit véhiculée par des agences gouvernementales reconnues ou des instances scientifiques préconisant un contenu récent et fiable.

Ultimement, si vous doutez de l’exécution ou de l’utilité d’une des trouvailles virtuelles, n’hésitez jamais à consulter pour qu’un professionnel approuve votre pratique. Si vous ne doutez point, consultez quand même. Une séance unique avec un kinésiologue pourrait vous éviter blessures et désagréments tout en vous éveillant à une pratique sécuritaire qui vous correspond pleinement.

Sources fiables et reconnues en activité physique :

  1. Kino-Québec
  2. Fédération des kinésiologues du Québec (FKQ)
  3. Fondation des maladies du cœur et de l’AVC
  4. Canadian Society of Exercise Physiology (CSEP, Canada)
  5. American College of Sport Medicine (ACSM, États-Unis)
  6. Centers for Disease Control and Prevention (CDC, États-Unis)
  7. National Institute for Health and Care Excellence (NICE, Royaume-Uni)

Articles similaires