Cultiver la motivation à bouger chez les tout-petits

Ceux qui ont des enfants vous le diront; un enfant, ça bouge tout le temps!

Un enfant, c’est rempli de belle énergie qui rend ses parents verts de jalousie. En revanche, nos tout-petits peuvent être réticents à faire des activités physiques encadrées si cela ne fait pas partie de leurs habitudes au quotidien.

Mais comment amener nos enfants en bas âge à faire du sport et de l’exercice?

Selon Marie-Hélène Bertrand, Kinésiologue, pour les enfants d’âge préscolaire, le secret est dans le jeu; jouez avec vos enfants et soyez interactifs avec eux.

Comme par exemple de jouer au ballon, de danser dans la maison ou d’aller jouer dehors. Il est important de diversifier les activités et d’initier l’enfant à une variété d’actions, autant sur la neige, sur la glace, dans l’eau, sur terre, à l’intérieur, qu’à l’extérieur. Amenez l’enfant à grimper, sauter, courir, ramper et glisser. Le tout pour travailler l’amplitude de ses aptitudes physiques et de ses aptitudes cardiovasculaires comme, entre autres, son équilibre, sa souplesse et sa force.

Le kinésiologue peut vous accompagner, dans le but de trouver un meilleur équilibre, à déterminer des bonnes habitudes de vie en fonction de la tranche d’âge de vos enfants et de leurs aptitudes. Le kinésiologue prendra aussi en considération vos préférences, celles de vos tout-petits et établira des objectifs réalistes en fonction de votre réalité familiale.

Pour bien comprendre comment amener son enfant à bouger, il est important de savoir que le développement de la motivation chez l’enfant passe par le sentiment de compétence, l’autonomie et le support social.

Le sentiment de compétence est défini comme le jugement que nous portons sur nos capacités à organiser et à exécuter les actions requises pour atteindre un certain niveau de performance. Chez le tout-petit, on peut développer le sentiment de compétence en amenant l’enfant à faire des exercices qu’il est capable de faire. Par exemple, ne pas lui demander de courir un 5km s’il n’est pas capable de le finir, il ne se sentirait pas compétent et ça ne le motivera pas à courir dans l’avenir. En revanche, on peut raccourcir le parcours jusqu’à ce qu’il soit capable de le compléter. L’amener à faire des exercices de son niveau développera son sentiment de compétence ainsi que sa motivation.

enfants motivés faisant de l'exercice

Pour renforcer l’autonomie, on laisse de la place dans l’horaire pour des jeux libres. Laissez l’enfant grimper des collines, remplir des seaux de sable et les déplacer pour en faire un château, etc. Le développement des mouvements de bases et des habiletés fondamentales sont souvent à l’origine des idées créatives des enfants. Laissez vos enfants vous surprendre!

On peut mettre l’enfant au défi, mais tout en restant dans le plaisir. Il peut être souhaitable qu’on le dirige légèrement pour une question de sécurité, mais on peut le laisser choisir ce qu’il veut faire, avec qui il veut le faire et comment il veut le faire.

Le support social est l’un des piliers les plus importants pour aider votre enfant à développer sa motivation. Il s’agit aussi du pilier le plus complexe en pandémie. C’est pourquoi votre rôle de parents est plus que primordial dans ces temps difficiles. Comme pour les adultes, les enfants trouvent les activités plus amusantes lorsqu’elles sont pratiquées en équipe ou en duo. Que ce soit avec leurs pairs ou leurs parents, les enfants adorent s’amuser en groupe. Il est important de noter aussi que les enfants prennent exemple sur leurs parents. Plus vous bougez et pratiquez des activités physiques, plus vos enfants seront portés à en faire.

Que ce soit pour les aider à développer leurs mouvements moteurs ou leurs habiletés fondamentales, développer la motivation de votre enfant pour l’aider à bouger lui sera bénéfique…et ce pour les années à venir.

Et vous, qu’est-ce qui vous motive à bouger?

Pour contacter Marie-Hélène Bertrand, B. Sc. en kinésiologie spécialisée en intervention en contexte de nature et d’aventure:
www.espritkyn.com

 


Par

25 November 2020

Catégories :

En forme et en santé Santé mentale