L’activité physique, au service de la santé mentale!

La période de confinement que nous traversons est une épreuve pour tous. Certaines personnes en seront affectées autant sur le plan physique que mental. Le stress, l’anxiété et des symptômes de déprime se font parfois sentir. Si le confinement se prolonge, les experts confirment que la santé mentale sera à surveiller davantage.

Heureusement, l’activité physique a plus d’effets positifs sur la santé mentale qu’on peut le penser. Une étude récente du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (CIUSSSCN) prouve d’ailleurs les nombreux bienfaits de l’activité physique  comme facteurs de prévention de certaines maladies : hypertension, diabète, cancer, etc. Liée à des bonnes habitudes de vies, l’activité physique se révèle davantage bénéfique pour la santé mentale. À l’occasion de la Semaine de la santé mentale du 04 au 10 mai 2020, revoyons les bénéfices de l’activité physique sur la santé mentale.

Bouger pour de bonnes raisons

Devoir rester à la maison, ce n’est pas une raison pour ne plus être actif. Il est possible de faire de nombreux exercices à la maison : yoga, entraînements variés, marche, vélo.

Saviez-vous que les gens avec des troubles de santé mentale sont plus sédentaires que le reste de la population ? C’est alors qu’on entre dans un cercle vicieux : moins on va bien, moins on bouge, et moins on bouge, moins on va bien. Et ce n’est pas ce qu’on souhaite !

Ainsi, les risques pour la santé sont plus élevés et l’espérance de vie, plus basse. En fait, « l’espérance de vie des personnes atteintes d’une maladie mentale sévère est de 15 à 25 ans inférieure à celle de la population générale, principalement en raison des risques accrus de maladies chroniques. » Nous vous encourageons donc à continuer de bouger pour votre bien-être, même si ce n’est que d’aller prendre une marche de santé !

Ça va bien aller !

En plus d’améliorer l’estime de soi et d’accroître le soutien et les contacts sociaux, l’activité physique est bénéfique pour tous les groupes d’âges. Ses effets sur le moral est aussi prouvé : « les personnes qui sont régulièrement actives ont 45 % moins de risques de développer une dépression, et entre 28 % et 48 % moins de risques de développer un trouble anxieux. »

Pour vous aider à rester actifs et en bonne santé, nous avons mis à votre disposition une banque d’entraînements en ligne. Jetez un coup d’oeil aux vidéos de nos kinésiologues professionnels !  

Preuves révélatrices

Il est clair que l’activité physique agit positivement sur l’estime, sur le sentiment de compétence et d’efficacité personnelle, sur le sommeil ainsi que sur l’adhésion aux saines habitudes de vie, et bien plus. Mais comment ? La réponse se trouve dans le cerveau. En fait, les hormones (endorphines) libérées lors de l’exercice « atténuent la douleur, diminuent les effets du stress, favorisent l’interruption des pensées négatives et procurent une sensation de bien-être. »

De nombreux types d’efforts, de la marche à la danse ou du yoga aux exercices aquatiques, sont tout aussi efficaces pour augmenter la pratique de l’activité physique et pour réduire les symptômes de dépression. Par exemple, les activités d’aérobie d’une durée minimale de 20 minutes encouragent la sécrétion de neurotransmetteurs (sérotonine) aux effets antidépresseurs et régulateurs d’humeur. Ainsi, on se sent mieux et plus détendu pendant et après l’effort.

Activités efficaces

Selon les recommandations des spécialistes de l’activité physique, les séances d’entraînement devraient être faites régulièrement (trois fois par semaine) pour une durée minimale de 30 minutes chaque. Toutefois, « une augmentation de l’activité physique, même légère, peut entraîner des bénéfices importants sur la santé mentale et la qualité de vie. Cet objectif est réaliste et devrait constituer une cible clé de toute initiative de modification des habitudes de vie. »  Pour en ressentir les bénéfices davantage, on vous encourage à être actifs au quotidien et à vous assurer de trouver le plaisir à l’entraînement !

Bien que chaque type d’exercice ait ses propres impacts sur « la santé cardiovasculaire, respiratoire et métabolique, les améliorations les plus significatives de la capacité fonctionnelle ont été observées avec l’exercice de type aérobie par intervalles (EPI). Celui-ci est constitué de périodes de haute intensité entrecoupées par des périodes de récupération d’intensité basse à modérée. » Par exemple, lors d’un entraînement de course à pied, le temps de course serait entrecoupé de périodes de récupération passive à la marche.

Sachez aussi que l’entraînement est d’autant plus efficace lorsqu’il est encadré par du personnel qualifié. 

Kinésiologues à votre service

Pour vous supporter, le kinésiologue est un professionnel qui « joue un rôle majeur sur l’adhésion à un programme d’exercices. Une supervision accrue lors de l’entraînement est associée à une meilleure capacité à faire face aux difficultés rencontrées. »

Le kinésiologue adapte ses interventions à ses clients, selon leurs préférences individuelles, leur contexte et leurs besoins. Il les soutient dans l’atteinte et le maintien d’un mode de vie sain et actif et « devrai[t] faire partie des équipes interdisciplinaires en santé mentale ». 

On encourage aussi les gens à devenir autonomes dans leur pratique de l’activité physique. « En résumé, le programme idéal d’activité physique est celui qu’une personne est prête à suivre. » 

Plusieurs moyens sont efficaces pour rester motivés et actifs, même en lorsqu’on est confinés. On vous propose des vidéos en ligne et des activités à faire avec vos enfants !

N’hésitez pas à communiquer avec nos kinésiologues pour obtenir du soutien et surtout, prenez soin de vous. 

 

Référence : 

Allaire, D, et al. (2019). Programme Santé globale : un tremplin vers mon mieux-être, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, 57 p.